Par Patrick Lingibé, Avocat.
 
 

La garde des enfants mineurs : que se passe-t-il en cas de désaccord ?

Lors d’une séparation ou d’un divorce, les parents doivent prendre une décision concernant la garde des enfants. Difficile à prendre, elle peut conduire à un profond désaccord entre les parents. C’est alors que le juge aux affaires familiales intervient. Plusieurs choix s’offrent à lui mais il doit toujours s’efforcer de trancher selon l’intérêt des enfants.

Garde des enfants : quels choix pour le juge ?

À titre liminaire, il convient d’aborder une petite distinction entre un divorce et une séparation. En effet, s’agissant d’un divorce, c’est l’ordonnance de non conciliation, puis le jugement de divorce, qui désignent le parent avec lequel les enfants vont vivre. En revanche, s’agissant d’une séparation d’un couple non marié, le juge tranchera lors d’une audience et après avoir entendu l’argumentaire des deux parties.

En cas de désaccord, trois choix s’offrent au juge.

Tout d’abord, il peut fixer la résidence habituelle de l’enfant chez l’un des parents. Dans cette hypothèse, l’autre parent se voit attribuer un droit de visite et d’hébergement.

L’autre choix possible pour le juge est de décider d’une résidence en alternance (ou garde alternée).

Enfin, mais c’est très rare, le juge peut confier les enfants à un tiers (membre de la famille, établissement d’éducation etc.).

En présence de plusieurs enfants, l’article 371-5 du Code civil dispose que les frères et sœurs ne doivent pas être séparés. Toutefois, certaines situations peuvent conduire à une séparation des frères et sœurs. Bien évidemment, cette séparation des frères et sœurs doit être guidée par l’intérêt des enfants. Ainsi, en cas de déménagement d’un des deux parents à l’étranger, une fratrie peut être séparée si certains enfants ont des repères matériels et affectifs avec la France (Cass. Civ., 19 novembre 2009, n° 09-68179) :

« Mais attendu qu’après avoir énoncé que l’intérêt des enfants exige d’examiner leur éloignement en veillant notamment à la sauvegarde de leur équilibre, l’arrêt relève d’abord, que les enfants âgés de 6 et 9 ans ont tous leurs repères matériels et affectifs en France où ils sont entourés de leur famille, grands-parents paternels, maternels et oncles ; ensuite, que M. Y..., qui s’implique particulièrement dans l’éducation de ses fils, administre la preuve de sa disponibilité à les assumer pleinement ; enfin, que si la perspective de séparer la fratrie est effectivement à déplorer, le besoin des deux enfants, Hugo et Thibault, à leur stade de développement de se construire sur des bases stables et sécurisantes constituées par leur repères familiaux, psychologiques, affectifs, sociaux et culturels actuels, justifie que leur résidence habituelle soit fixée chez leur père ; que la cour d’appel a ainsi souverainement estimé qu’il était de l’intérêt supérieur des enfants de rester en France avec celui-ci ; que le moyen n’est pas fondé ; ».

Article 371-5 du code civil :

« L’enfant ne doit pas être séparé de ses frères et sœurs, sauf si cela n’est pas possible ou si son intérêt commande une autre solution. S’il y a lieu, le juge statue sur les relations personnelles entre les frères et sœurs. »

Garde des enfants quels sont les critères de la décision du juge ?

Avant toute chose, en cas de désaccord, le juge doit tenter de concilier les parents à travers une médiation. Les parents restent libres d’accepter ou non la médiation. Ce n’est seulement qu’en dernier recours que le juge doit trancher et prendre une décision dans l’intérêt des enfants.

Pour prendre sa décision, le juge peut s’appuyer sur plusieurs éléments. Il peut d’abord prendre en compte les accords précédents conclus entre les parents. Il peut aussi s’appuyer sur les expertises et les enquêtes sociales qu’il aura ordonnées. L’attitude des parents peut également être un indicateur important. En effet, si le père empêche la mère de voir ses enfants, le juge peut en tirer les conséquences et fixer la résidence de l’enfant chez la mère. Enfin, en vertu de l’article 388-1 du code civil, le juge peut décider d’entendre les enfants. Pour être entendu, l’enfant doit être doté d’une maturité suffisante pour exprimer son opinion personnelle. La loi ne fixe pas d’âge minimum. Les parents ont aussi la faculté de demander l’audition de leurs enfants par le juge. Toutefois, le juge peut refuser cette demande s’il l’estime inutile ou contraire à l’intérêt de l’enfant (Cass. Civ., 16 décembre 2015, n° 15-10.442) :

« Mais attendu qu’après avoir exactement rappelé qu’aux termes de l’article 338-4 du code de procédure civile, lorsque la demande d’audition de l’enfant est formée par les parties, elle peut être refusée si le juge ne l’estime pas nécessaire à la solution du litige ou si elle lui paraît contraire à l’intérêt de l’enfant mineur, la cour d’appel a souverainement estimé qu’elle disposait d’éléments suffisants pour statuer et qu’A., âgée de seulement 7 ans, devait être préservée autant que possible du conflit parental dont elle avait déjà subi les conséquences lors de la rentrée scolaire 2012 à l’occasion du départ à Vence imposé par son père avant que le juge aux affaires familiales n’ordonne son retour en région parisienne ; qu’elle a ainsi, répondant aux conclusions prétendument omises, sans être tenue de suivre les parties dans le détail de leur argumentation, légalement justifié sa décision ; »

Article 388-1 du code civil.

« Dans toute procédure le concernant, le mineur capable de discernement peut, sans préjudice des dispositions prévoyant son intervention ou son consentement, être entendu par le juge ou, lorsque son intérêt le commande, par la personne désignée par le juge à cet effet.
Cette audition est de droit lorsque le mineur en fait la demande. Lorsque le mineur refuse d’être entendu, le juge apprécie le bien-fondé de ce refus. Il peut être entendu seul, avec un avocat ou une personne de son choix. Si ce choix n’apparaît pas conforme à l’intérêt du mineur, le juge peut procéder à la désignation d’une autre personne.
L’audition du mineur ne lui confère pas la qualité de partie à la procédure.
Le juge s’assure que le mineur a été informé de son droit à être entendu et à être assisté par un avocat. »

Dans tous les cas, si l’audience a lieu, le juge peut ensuite s’appuyer sur les sentiments dégagés par les enfants durant cette audition pour prendre sa décision.

Les modalités de la résidence en alternance.

Dans l’intérêt de l’enfant, le juge peut décider d’organiser la garde par le biais d’une résidence en alternance. Il peut la décider d’office, même lorsque les parents ne la souhaitent pas. La résidence en alternance peut aussi être un système transitoire. En effet, le juge peut en fixer la durée et, au terme de celle-ci, statuer définitivement sur la résidence habituelle de l’enfant.

La résidence en alternance se caractérise par l’absence de résidence habituelle et de droit de visite et d’hébergement. Appelé aussi garde alternée, l’enfant séjourne alternativement chez son père ou chez sa mère. La garde alternée peut être égalitaire (avec une alternance sur une semaine par exemple) ou inégalitaire selon un rythme déterminé à l’avance. Elle peut aussi être égalitaire sur l’année mais avec une inégale répartition du temps selon les mois. L’idée ici étant d’adapter la garde alternée en fonction, par exemple, des emplois du temps des parents.

Les modalités de la résidence habituelle et l’exercice du droit de visite et d’hébergement.

Lorsque la résidence en alternance ne semble pas souhaitable, le juge peut fixer la résidence habituelle de l’enfant chez l’un des parents. L’autre parent se voit alors attribuer un droit de visite et d’hébergement. Des motifs graves, tels que l’alcoolisme, la violence ou le désintérêt, peuvent être à l’origine de la suppression de ce droit. Le rythme du droit de visite et d’hébergement ne découle pas de loi mais d’une pratique des tribunaux. Généralement, il s’exerce lors des premières, troisièmes et cinquièmes fins de semaine de chaque mois. Pour les petites et les grandes vacances, le droit de visite et d’hébergement joue sur la moitié de celles-ci.

Parfois, différentes mesures peuvent être ordonnées dans le cadre de l’intérêt de l’enfant. Par exemple, le juge peut exiger la présence d’une personne tierce lorsque l’enfant est confié à l’autre parent, notamment en cas de risque de confrontation violente entre les parents. Le juge peut aussi définir un endroit neutre (ou « point de rencontre ») pour l’exercice du droit de visite et d’hébergement.

Attention au refus d’un parent de remettre l’enfant à l’autre parent.

Il faut indiquer que l’article 227-5 du code pénal sanctionne l’abstention volontaire d’un parent de remettre l’enfant à l’autre parent, conformément à ce qui est prévu dans l’ordonnance de non conciliation ou le jugement de divorce.

Les peines encourues peuvent aller jusqu’à un an de prison et 15.000 euros d’amende.

Le parent concerné devrait réfléchir avant de s’abstenir de représenter à l’autre parent.

Article 227-5 du code pénal :

« Le fait de refuser indûment de représenter un enfant mineur à la personne qui a le droit de le réclamer est puni d’un an d’emprisonnement et de 15.000 euros d’amende. »

Patrick Lingibé
Vice-Président de la Conférence des Bâtonniers de France
Ancien membre du Conseil national des barreaux
Bâtonnier
Avocat associé Cabinet JURISGUYANE
Spécialiste en droit public
Diplômé en droit routier
Médiateur Professionnel
Membre du réseau d\’avocats EUROJURIS
Membre de l\’Association des Juristes en Droit des Outre-Mer (AJDOM)
www.jurisguyane.com

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

155 votes
Commenter cet article

Vos commentaires

  • par anais desvillettes , Le 19 avril à 21:13

    Bonjour Maitre,

    Séparée depuis 5 ans divorcée depuis 3 ans, garde alternée je sollicite votre conseil. Remariée, en famille recomposée, nous avons à coeur un projet familial de tour du monde en bateau et ce rêve est à portée de main ; Aussi les enfants (9,5 et 6 ans) ont clairement manifesté leur désir de vivre cette aventure, et ce de manière explicite. Leur père s’y oppose. Mon fils vit du harcèlement dans son école et vit un malaise scolaire depuis le CP, il réclame l’école à la maison depuis 2 ans, cette solution l’enchante ; je suis celle qui m’occupe de toutes les affaires relatives à nos enfants, depuis 5 ans (et même avant) je me suis toujours occupée de leur santé, de leur bien-être, de leur scolarité et papa s’est contenté de suivre. Mon fils est malheureux dans son environnement actuel, maltraité par ses camarades, il n’a pas d’amis à l’extérieur et vit chez son père désormais à 5 dans 68m2 ; Je lui propose une qualité de vie qui ne l’empêchera pas de voir son père, et d’entretenir une belle relation avec lui. Il ne fait pas un choix entre son père et sa mère il choisit un mode de vie. pouvez-vous m’aider ? Merci d’avance ;

  • par Marie , Le 7 mai à 18:06

    Bonjour,

    A quel âge un enfant peut-il décider lui-même de quand il est chez son père ou chez sa mère, sans que les parents n’aient à remettre en question la décision de l’enfant ?

    Merci pour vos réponses !

  • Bonjour,
    Je suis séparée du père de ma fille et habite à 400 kms de chez lui. Le juge a fixé le lieu de rendez-vous pour procéder à l’échange de parents à 1h (2h aller-retour) de son domicile et à 3h15 (6h30 aller-retour) du mien.
    Je me suis faite opérer en urgence d’un cancer du sein le 30/03 et le chirurgien m’interdit les longs trajets jusqu’au 30/04 minimum.
    Après que je lui ai expliqué ma situation actuelle, nous avons décalé le transfert pour les vacances scolaires de vendredi dernier à ce vendredi, en fonction de mon état de santé. Le père de ma fille consent à faire 1h de route de plus mais ça ne résoud pas le problème : ça me fera 4h30 (aller-retour).
    Quelles sont ses obligations, et les miennes, en cette période de confinement liée au Covid-19 ?
    Merci beaucoup par avance.

  • par meulien , Le 7 avril à 19:48

    j ai obtenu la garde exclusive de ma fille qui va avoir bientot 13 ans,ma fille est actuellement chez sa mere pour la premiere semaine des vacances,ca faisait un mois qu elle n avait pas vu sa mere car elle ne voulais pas la voir. elle veut rentrer plus tot que prevu car ca se passe mal,est elle obligé de rester

  • par sebastien blaineau , Le 20 février à 18:01

    bonjour vous parlez dans votre article que si le père refuse de donner ses enfants a la mère il peut perdre la garde mais dans mon cas nous somme en attente du jugement et la mère refuse que je voie mon fils peut elle perdre la garde le jour du jugement et que j obtienne la garde exclusif ?

A lire aussi dans la même rubrique :

LES HABITANTS

Membres
PROFESSIONNELS DU DROIT
Solutions
Formateurs