Avocats : dites simplement “non“ lorsque vous vous sentez débordé !

Pour éviter d’être débordé par votre pratique du droit, vous devez fixer des limites et dire non afin d’éviter que la coupe soit pleine avec tellement de tâches et dossiers que vous ne pourrez pas gérer votre charge de travail dans les délais appropriés.

Pour éviter d’être débordé par votre pratique du droit, vous devez fixer des limites et dire non afin d’éviter que la coupe soit pleine avec tellement de tâches et dossiers que vous ne pourrez pas gérer votre charge de travail dans les délais appropriés.

Dire non ne signifie pas que :
• Vous cessez de répondre à vos e-mails.
• Vous cessez de répondre aux clients ou procrastinez sur leurs questions.
• Vous ne répondez pas aux avocats ou autres personnes avec lesquels vous travaillez.
• Vous ne respectez pas vos promesses à votre patron.

Si vous disiez non au hasard ou froidement, votre pratique risque de s’effondrer. Dire non pour réduire une charge de travail écrasante signifie élaborer un plan pour réduire la quantité d’emails que vous recevez, vos responsabilités client et les questions qui nécessitent votre attention, et travailler différemment avec votre patron.

Vous devez dire non dès le début avant que le travail à gérer ne soit trop important.

Vous devez vous connaître suffisamment et savoir ce qui est important pour ce que vous voulez accomplir dans votre pratique et votre vie. Votre vie doit faire partie de l’équation, sinon vous risquez de ne pas dire non à suffisamment de travail qui conduirait votre pratique à déborder.

Plutôt que de dire non à plus de travail, la première chose que de nombreux avocats font pour ne pas être débordé est d’empiéter sur leur vie personnelle. Plutôt que de vous rabattre sur cette approche, vous devez réfléchir de manière stratégique ce à quoi vous devriez dire oui et non.

Quand vous dites non à quelque chose, vous dites oui à autre chose. Lorsque vous dites non à l’acceptation d’un nouveau client, vous dites oui à la réduction de votre charge de travail.

Mathias (pas son vrai prénom) a travaillé avec moi pour améliorer la gestion de sa pratique. Il était débordé par sa charge de travail, il avait beaucoup plus de travail qu’il ne voulait.
Parce qu’il était tellement mal à l’aise, il a accepté de dire non à contrecœur en refusant de nouveaux clients jusqu’à ce qu’il se sente plus en contrôle de sa pratique. En quatre mois environ, il se sentait soulagé et même étonné car ce fut beaucoup plus facile de dire non à un nouveau dossier qu’il ne le pensait.
Il contrôlait dorénavant sa pratique et accordait le genre d’attention qu’il aimait accorder à ses clients et à leurs dossiers. Il ne se sentait plus débordé. Qui plus est, il a pu définir le type de clients et de dossiers qui le stimulait intellectuellement et lui procurait du plaisir pour mieux orienter sa pratique.

Comment détermineriez-vous ce à quoi dire non ? La règle 80/20 ou loi de Pareto, stipule que la relation entre l’entrée et la sortie n’est pas équilibrée. Lorsqu’elle est appliquée au travail, cela signifie qu’environ 20% de vos efforts produisent 80% de vos résultats. Apprenez à dire non aux 80% qui ne vous donnent que 20% de vos résultats et concentrez-vous sur les 20% importants qui vous donnent 80% de vos résultats.

Vous pouvez déterminer les 20% importants lorsque vous tenez compte de vos objectifs et de vos valeurs. Demandez-vous : « Est-ce que cela me rapproche de mes objectifs ou m’en éloigne ? » Si vous pouvez réduire vos efforts seulement aux 20% importants en disant non, pensez-y et cela vous libérera beaucoup de temps et stoppera tout débordement.
Le fait de ne pas maîtriser l’art de dire non peut entraîner des conséquences malheureuses à long terme au-delà du sentiment instable d’être débordé. Lorsque Mathias a fait appel à mes services, il savait aussi que s’il ne faisait rien pour rester en contrôle de sa pratique, sa réputation en souffrirait. Sa réputation était le pilier de toute sa pratique et c’est ce qui l’a motivé à faire le pas difficile de dire non.

Si vous ne réduisez pas votre charge de travail, vous risquez de faire un burn-out ou pire, j’en ai trop vu dans la profession d’avocat hélas ! Décidez que vous allez dire non, puis définissez comment et de quelle manière vous le ferez.

Soyez prêt à vous sentir mal à l’aise lorsque vous commencez à dire non, mais commencez. La qualité de votre pratique et de votre vie en dépend. Vous ne regretterez pas votre décision de gérer votre temps en faisant la chose essentielle qui vous donnera plus de contrôle : dites simplement non.

Commenter cet article

Vos commentaires

A lire aussi dans la même rubrique :

LES HABITANTS

Membres
PROFESSIONNELS DU DROIT
Solutions
Formateurs