Clarisse Andry
Rédaction du Village de la Justice

 
  • 2667 lectures
  • Parution : Décembre 2019

  • 4.64  /5
 

Visite guidée : dans les locaux du cabinet Constellation Avocats.

Avec le développement de nouveaux modèles par des cabinets d’avocats, un constat est de plus en plus visible : la démarche d’innovation a très souvent un impact sur l’environnement de travail. Et c’est une nouvelle fois le cas avec le cabinet Constellation Avocats.

Créé en janvier 2019, ce nouveau cabinet spécialisé dans le droit des affaires affiche le parti pris « de la pratique hybride juridique/numérique ». Afin d’offrir une nouvelle expérience client, les associés ont notamment développé une solution digitale pour échanger plus efficacement et impliquer le client dans la création de sa solution. Comment la conception de leur structure a-t-elle impacté l’aménagement de leurs locaux ?

L’idée a d’abord germé dans la tête de deux des associés actuels, Pierre Callède et Alexis Moisand, alors qu’ils exerçaient dans une autre structure, et dans laquelle ils ont créé une plateforme permettant de générer des auto-diagnostics en ligne. L’outil permettait ainsi « d’être plus performants, plus agiles, et de définir rapidement les besoins des clients et de leur faire des propositions ciblées et adaptées ».
Afin d’aller encore plus loin, ils ont décidé, avec Hortense Moisand et Marc-Antoine Ledieu, de créer Constellation Avocats, « afin de pouvoir s’augmenter collectivement, sans se contraindre, sans nécessairement vouloir casser les codes. Mais de fait, c’était effectivement disruptif et pas tout à fait ce que nous avions connus dans nos précédentes expériences ».

Le développement de leur plateforme repose ainsi sur une nouvelle approche de la relation-client, mais aussi sur une autre vision de la collaboration entre avocats. La structure fédère ainsi des avocats indépendants ou des structures d’avocats qui souhaitent prendre part à l’écosystème et co-construire la marque Constellation. « Nous essayons de trouver des moyens adaptés pour réussir à délivrer plus facilement le principe actif et la valeur ajoutée du droit », explique Pierre Callède. « Il faut que l’on soit accessible, confirme Hortense Moisand, et à tous les niveaux : en terme de relation, de prix, de communication, et être en écosystème avec les entreprises, parce que les nouvelles générations travaillent autrement. Les cabinets doivent comprendre leurs codes et leurs modes de fonctionnement pour pouvoir y répondre. »

Comment cela se traduit-il sur l’environnement de travail ? « Les locaux permettent une sorte de mise en œuvre du concept, explique Benoit Barré, dernier associé en date à avoir rejoint l’aventure. Il y a un aspect adaptabilité, on l’on essaye de pouvoir agir de manière concrète et rapide à une situation qui change par la suite. » L’espace est ainsi construit en open space, « qui nécessite des règles de vie particulières, un peu comme dans une maison » souligne Pierre Callède.

« Les locaux sont ainsi un outil de collaboration, mais il ne faut pas que cela nous bride, confirme Benoit Barré. Cela signifie que l’on peut tout à fait être sur différents sites pour pouvoir travailler avec nos partenaires, et les outils technologiques vont être utiles pour travailler de manière efficace. » Pour les associés, leurs locaux traduisent donc leurs besoins de flexibilité, d’adaptation, de souplesse, ... le « mode projet ».

« Au début, je pense que cela peut être déstabilisant pour quelqu’un qui a toujours eu l’habitude d’être dans un bureau fermé pour réfléchir » concède Pierre Callède. Mais casser les murs permet aussi de casser les rapports hiérarchiques, et facilite les échanges.

Et la fameuse question de la confidentialité ? Outre le fait que toutes les personnes présentes sont avocats, et donc tenues à cette même obligation professionnelle, « nous ne sommes plus dans un mode de fonctionnement tout papier, et notre plateforme assurer une grande sécurité des données, souligne Benoit Barré. Les associés ne travaillent pas non plus en permanence ici. Mais pour les conversations fondamentalement confidentielles, nous avons un local qui nous permet de nous isoler. »

Leur modèle comme leur environnement de travail, fondés sur le collectif, leur apportent ainsi une fluidité et une simplification des relations professionnelles. « Le projet permet de réduire à sa plus simple expression la dualité entre projet et valeur, affirme Alexis Moisand. Et c’est aussi ça, la quête de sens ».

Clarisse Andry
Rédaction du Village de la Justice

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

11 votes

A lire aussi dans la même rubrique :

LES HABITANTS

Membres
PROFESSIONNELS DU DROIT
Solutions
Formateurs