Propos recueillis par Nathalie Hantz
Rédaction du Village de la Justice

 
  • 1011 lectures
  • Parution : 26 juin

  • 4.57  /5
 

Les slasheurs dans le monde du droit ouvrent le champ des possibles (1er épisode)..

La touche "slash" sur votre clavier, vous connaissez. En codage informatique, on dit que c’est celle qui "distingue les différents dossiers d’un chemin".
Un même chemin, différents dossiers, en voilà une belle définition pour celles et ceux qui ont fait le choix d’exercer deux (ou plus) activités rémunérées en même temps et d’être juriste / "mais pas que" !
Selon une étude récente, les Bac + 3 et Bac +5 (toutes disciplines confondues) seraient respectivement 24 % et 27 % à vouloir devenir « slasheurs » [1].
Ce temps de travail partagé fait-il partie des axes de transformation des métiers du droit [2] ? Pour le savoir, nous vous proposons les témoignages de ceux qui ont fait ce choix de vies professionnelles au pluriel.
Voici pour commencer le témoignage d’Emilie Lecomte / Mimi Cerise, Juriste/ Couturière.

Village de la Justice : Pourquoi exercer plusieurs métiers en même temps ? Quelle est votre motivation ?

"Depuis 8 ans, j’exerce plusieurs métiers. Je suis juriste manager dans un service d’information juridique à Nantes et je suis entrepreneuse créative ! Je suis couturière sous la marque de "Mimi Cerise". J’ai ce besoin de porter diverses casquettes, d’avoir une activité manuelle, créative, en même temps qu’une activité sociale, humaine et intellectuelle. J’ai toujours été un peu "touche à tout" et avec un besoin d’avoir un quotidien dynamique ! Ma motivation : être alignée et épanouie !"

Comment le gérez vous concrètement ?

"Pendant plusieurs années, mon activité salariée était exercée à 80 %. Il y a 3 ans, j’ai décidé de passer un cap, de m’organiser différemment. En effet, je passais beaucoup de temps dans mon atelier couture le soir et le week-end. Il me fallait trouver un autre rythme pour conserver une vie de famille et personnelle raisonnable. Mener de front 2 activités m’amenait à une fatigue importante. Aussi, je suis passée à 50 % dans ma vie salariée. Concrètement, je vais au bureau 2 jours et demi par semaine et le reste du temps je le consacre à mon entreprise."

"Concilier mes deux activités a certainement contribué au fait d’être depuis 16 ans dans la même entreprise et de conserver plaisir dans ce que je fais."

Quels en sont les bénéfices ?

"Exercer plusieurs activités me permet de me sentir alignée et de donner du sens à ma vie professionnelle. J’ai une vie salariée très prenante d’un point de vue intellectuel et moral. Le fait de pouvoir terminer ma journée en retrouvant mon atelier couture me permet vraiment de couper très vite de mon activité salariée. Mon activité passion me permet de m’évader, de développer ma créativité et de nourrir mon côté rêveur. Concilier ces deux activités a certainement contribué au fait d’être depuis 16 ans dans la même entreprise et de conserver plaisir dans ce que je fais. Exercer ces deux activités m’aide également à prendre du recul sur certaines situations, à aller à l’essentiel.

Je pense aussi que le fait d’exercer deux activités différentes m’a permis d’être encore plus ouverte, d’accompagner les juristes différemment, en les invitant à se lancer des challenges, à croire en leurs compétences, et à emprunter des chemins qu’ils n’oseraient pas prendre. Dans mes actions managériales, souvent je dis aux collaborateurs « Et pourquoi pas ? Osez ! » "

Est-ce passager et opterez-vous à terme pour l’une ou l’autre de votre profession ou en faites-vous un choix pérenne ?

"Je pense que je resterai une slasheuse encore un moment. J’ai ce besoin d’exercer plusieurs activités, de ne pas me sentir enfermée dans un poste ou une mission."

Juriste, vous n’êtes pas soumis à la déontologie de l’avocat ; pour autant à quelles limites "éthiques" pouvez-vous être confrontés ?

"Je n’ai pas été confrontée à des limites éthiques... ou alors le fait justement de bien me positionner en tant que juriste en donnant de l’information juridique et m’en tenir à cela. Les clients ou personnes qui m’entourent dans ma vie professionnelle "Mimi Cerise" peuvent être tentés de me demander de prendre position, ce à quoi je ne peux pas répondre."

Prochain épisode dans quelques jours, à la rencontre d’un juriste/... ? Patience !

Et si vous êtes aussi slasheur et que vous souhaitez faire part de votre expérience, n’hésitez pas à nous contacter à cette adresse : nathalie chez village-justice.com

Notes :

[2Des axes évoqués lors du Rendez-vous des Transformations du droit en novembre 2020.

Propos recueillis par Nathalie Hantz
Rédaction du Village de la Justice

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

7 votes

A lire aussi dans la même rubrique :

LES HABITANTS

Membres
PROFESSIONNELS DU DROIT
Solutions
Formateurs