Etudiants et professionnels du droit : comment vous préparer à exercer...en 2025 !

Si ce titre vous parle, c’est sans doute que vous avez assisté à la conférence du même nom lors de la 4ème édition du Village de la Legaltech qui s’est tenue les 26 et 27 novembre dernier.
Si ce titre vous a étonné, c’est que vous avez conscience que 2025 c’est demain, et que cette prophétie est un peu déroutante...
Dans tous les cas, le Village de la Justice vous propose de revenir sur cette conférence en son et en images !

Apprendre à apprendre et à évoluer, ça s’apprend...

C’est scientifiquement prouvé !

Marie Lacroix, Docteure en neurosciences (et co-fondatrice de Cog’X), nous a donné le point de vue des sciences cognitives sur la gestion de l’hyper-sollicitation, l’apprentissage, la créativité et la collaboration :

"Les sciences cognitives donnent des clés pour comprendre le fonctionnement naturel de notre cerveau et identifier des leviers opérationnels pour renforcer ses compétences transverses, qu’il s’agisse de la capacité à gérer l’hyper-sollicitation, à résoudre des problèmes complexes, à apprendre et s’adapter, et enfin à collaborer sereinement et efficacement.

Par exemple, les transformations qui se succèdent notamment en lien avec la digitalisation et l’automatisation de certaines tâches, challengent notre capacité d’adaptation et d’apprentissage en continu. Et si notre cerveau reste une formidable machine à apprendre tout au long de notre vie, les stratégies pour rendre nos apprentissages efficaces ne sont, quand à elles, pas innées, et il devient nécessaire de se les approprier pour acquérir plus d’autonomie dans sa montée en compétence.
Les compétences transverses s’ajoutent désormais aux compétences métiers qui se transforment, et apprendre à apprendre devient bel et bien un incontournable
."

Extrait de la conférence "Etudiants et jeunes professionnels" au Village de la Legaltech, novembre 2019 : intervention de Marie Lacroix, Docteure en neurosciences et co-fondatrice de Cog’X :

...Et confirmé par la data.

Jean Pralong, Professeur de gestion des ressources humaines, et confondateur de Saven, nous rappelle que le pavé dans la mare que sont les soft skills date (déjà) de 20 ans, et qu’il a été jeté par l’agence Mc Kinsey qui révélait en 2001 que "seul 20% des collaborateurs ont assez de talents pour créer de la valeur". Un constat qui entre en résonance avec un autre chiffre : en France, 21% des cadres quittent leur travail avant la période d’essai. Un échec qui n’est pas dû à un problème de compétences techniques mais de "comportement". La réussite d’un recrutement est donc lié à l’identification des soft skills, et il faut apprendre à les mesurer !

Slide - Saven Sight - Conférence Village de la Legaltech 26/11/2019

L’ensemble des données qu’il a pu collecter permettent à Jean Pralong d’affirmer que "le métier de juriste se fragmente" et que trois profils se distinguent : juriste en cabinets d’avocats, en direction juridique et dans une Legaltech. Il nous en parle en montrant ce que les soft skills peuvent dire pour les métiers du droit.

Slide - Saven Sight - Conférence Village de la Legaltech 26/11/2019

Extrait de la conférence "Etudiants et jeunes professionnels" au Village de la Legaltech, novembre 2019 : intervention de Jean Pralong, Professeur de gestion des ressources humaines, et confondateur de Saven :

Le monde du travail et de la formation ont amorcé le mouvement...

Camille Sztejnhorn le rappelle : "les juristes sont vus comme des empêcheurs de tourner en rond. Ils ont besoin de soft skills pour s’adresser aux autres opérationnels". L’exemple parfait reste celui de la profession de DPO qui n’est définie, par la CNIL, que par des soft skills, sans mentionner de compétences techniques.

Il va désormais falloir, selon Kami Haeri "financer et structurer" l’enseignement des soft skills, et repenser la pédagogie dans le cadre des formations initiales.

Extrait de la conférence "Etudiants et jeunes professionnels" au Village de la Legaltech, novembre 2019 : interventions de Kami Haeri (Kami Haeri, avocat au Barreau de Paris, associé du cabinet Quinn Emanuel Urquhart & Sullivan, auteur en 2017 d’un rapport sur l’Avenir de la Profession d’Avocat), Camille Sztejnhorn (Camille Sztejnhorn, directrice du marché universitaire aux Editions Dalloz) et Pierre Berlioz, Directeur de l’EFB Paris :

...Et vous n’avez pas fini de vous appuyer sur vos "skills" !

C’est ce que nous enseigne Christophe Roquilly sur la base de l’enquête mené par lui avec l’EDHEC : si certaines soft skills seront essentielles pour que vous soyez recrutés, votre performance s’appuiera elle sur d’autres compétences, notamment celles digitales !

Extrait de la conférence "Etudiants et jeunes professionnels" au Village de la Legaltech, novembre 2019 : interventions de Christophe Roquilly, Doyen du Corps Professoral et de la Recherche, Directeur de LegalEdhec (sources de l’étude ici) :

La preuve par l’exemple.

Trois exemples motivants de jeunes porteurs de projets innovants (présentés à la fin de la conférence), complétés par nos Experts (Elodie Teissèdre, Pierre Berlioz et Christophe Roquilly) :
- Morgan Le Gal, Avocate, sur sa pratique innovante basée sur le legal design ;
- Brice Matter d’Assas Legal Innovation, qui nous invite à cultiver notre curiosité et donne quelques pistes ;
- Nathalie Goutaland élève Avocate à Montpellier, sur la capacité à conduire un projet et à entreprendre, exemple avec le projet AlimSafe.

Extrait de la conférence "Etudiants et jeunes professionnels" au Village de la Legaltech, novembre 2019, des exemples de porteurs de projets dans le droit :

Rendez-vous sur ces sujets en 2020 pour le prochain Village de la Legaltech, et toute l’année sur Le Village de la Justice.

Nathalie Hantz
Rédaction du Village de la Justice

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

3 votes

A lire aussi dans la même rubrique :

LES HABITANTS

Membres
PROFESSIONNELS DU DROIT
Solutions
Formateurs